Archives pour la catégorie édition numérique

Bruxelles s’oriente vers la TVA réduite pour les e-books

Bruxelles s’oriente vers la TVA réduite pour les e-books

Les efforts du gouvernement français pour obtenir une révision des règles fiscales s’appliquant aux e-books sont en train de payer. Selon Fleur Pellerin, ministre de la culture, la Commission européenne s’est engagée en faveur de la TVA à taux réduit. [Lire la suite]

http://www.numerama.com/magazine/33064-bruxelles-s-oriente-vers-la-tva-reduite-pour-les-e-books.html

Mozilla begrudgingly decides to adopt Adobe’s DRM

Même si l’implémentation proposée par Mozilla cherche à mettre en œuvre le strict minimum et notamment ne permet pas un accès au disque dur de l’utilisateur, cette nouvelle est non seulement une volte face mais surtout une concession inacceptable. Très probablement la raison de changer de navigateur. Triste…


 

Like it or not, a new era of DRM began on the internet overnight. Mozilla, the last major holdout to the W3C’s endorsed DRM extensions known as Encrypted Media Extensions (EME), reluctantly decided to reverse its previous position and implement EME in the desktop versions of …

[Lire la suite]

Source : Newsvine

Pédophilie : Bayard pilonne un livre…sur la censure

Chercher l’erreur.. Pourquoi ai-je l’impression que ce type de nouvelles est stoppé par un trop grand nombre de rédaction ?


Article – enquête : Censurer un livre sur la liberté d’expression ? Il fallait y penser. Les éditions Bayard ont pilonné les 8 000 exemplaires d’un livre que devait publier le dessinateur du Monde, Plantu, et qui …
[Lire la suite]

Source : Arrêt sur Image

La journée contre les DRM aura lieu le 6 mai

Oh la mauvaise odeur ! Et oui, celle des DRM (Digital Right Management), cette pseudo protection qui protège surtout de la liberté d’agir librement et dans le respect de tous. La seule attitude est de totalement refuser d’être les pantins de labels qui ne survivent que dans la double exploitation des artistes et des utilisateurs. Et dire que certains artistes militent pour les DRM. Je comprends qu’ils ne comprennent pas grand chose au monde qui les entoure et à ces technologies qui avancent bien trop vite pour eux qui ont été élevés dans le dogme du « mon label ou mon producteur est mon dieu ». Mais un peu d’intelligence ne nuit pas à la création (pas de commentaires sur la notion de création dans le brouhaha marketing de l’industrie du disque – et non de la musique)

A ceux qui se poseraient encore la question: oui il est possible de vivre et de lire, voir ou écouter les œuvres sans DRM !
Je refuse toute forme de limitation et donc toutes les formes de DRM et je rémunère  tous les artistes, créateurs, écrivains dont « je consomme » les créations.  Si un label, une plateforme de téléchargement, voire un artiste refuse tout autre forme de gestion que celle qui passe par les DRM, allez voir ailleurs, ils disparaitront naturellement. Sortez des sentiers battus, allez directement sur les sites des artistes, des producteurs, des écrivains, des réalisateurs, vous obtiendrez les œuvres pour un prix juste et ils toucheront ainsi une rémunération plus importantes et plus justes. Où est la valeur ? dans la création ou dans distribution ? Le label ou l’artiste ne se distribuent pas directement, essayez les plateformes sans DRM (7digital, Qobuz, etc.), essayez l’alternative (bandcamp.com), une liste de distributeur respecteux de tous existe sur defectivebydesign.org.

Et n’oubliez pas : La journée contre les DRM aura lieu le 6 mai. Agissez !!


La protestation contre les verrous numériques reprend le 6 mai. C’est en effet à cette date qu’aura lieu la journée internationale contre les DRM, ces mesures techniques de protection qui transforment certains usages en un véritable calvaire.

[Lire la suite]

Le site de defectivebydesign.org (lutte contre les DRM)

Les lecteurs de la presse écrite optent de plus en plus pour le numérique

L’adoption de l’encre numérique en complément de nos écrans plus les supports souples devraient encore accélérer la mutation. La fin du papier ? certainement pas mais une réelle distribution des rôles où chaque support trouve sa place, ses compléments et où l’utilisateur trouve un degré de liberté supplémentaire.
________________________________________________________________

La presse écrite quitte progressivement l’univers du papier pour rejoindre l’univers du numérique. En effet, ses lecteurs optent de plus en plus pour un support dématérialisé. Et si la cohabitation est aujourd’hui possible, la dynamique est nettement en faveur du numérique. [Lire la suite]

source : Numerama